Par Stéphanie Mora de France Bleu Occitanie

France Bleu OccitanieTrois milliards d’euros pour effacer les zones blanches en France, ces parties de territoires où l’on ne peut pas passer de coup de fil avec un portable. Et cela, sans que cela coûte un sou aux collectivités ou à l’État et avec une qualité de communication la plus optimale possible nous dit le secrétaire d’Etat à la Cohésion des territoires.

En Occitanie, 80 communes sont concernées par ce plan dont 10 en Haute-Garonne, essentiellement dans le Comminges et le Volvestre (comme Bax ou Encausse-les-Thermes).

 

Pas un sou? Le Conseil Départemental dit avoir déjà dépensé 371 000€ pour cet accord

Le département de la Haute-Garonne est déjà engagé depuis deux ans dans un grand plan numérique et apparemment, les services de Georges Méric ne font pas le même calcul que le secrétaire d’Etat Julien Denormandie.

Le Conseil départemental dit avoir été missionné par le gouvernement pour être le maître d’oeuvre de l’installation de pylônes sur lesquels les quatre opérateurs accrocheront leurs antennes avec leurs deniers.  C’est donc bien à la collectivité de payer une partie de l’infrastructure : une subtilité à 371 000€ pour 2017 et 2018 dans 10 communes de Haute-Garonne.

L’accord avec les opérateurs sur la fin des zones blanches concerne uniquement la téléphonie.  Le schéma de développement du numérique lancé en 2016 par le Département pour raccorder tout le territoire à l’internet haut-débit reste donc toujours d’actualité.  La collectivité se substitue aux opérateurs et continue de dépenser 300 millions d’€ jusqu’en 2030 pour s’assurer que dans le Lauragais, le Volvestre, le Comminges ou la Gascogne toulousaine, il y ait des infrastructures permettant aux habitants de surfer sans attendre des heures qu’une page ou une vidéo se charge.

 

“Internet à deux vitesses”

L’autre bémol vient d’un technicien des télécommunications. Cyril Gousse est directeur de la société Prosoluce et membre de l’association “Comminges Haut-Débit” qui propose des solutions de connexion internet dans les zones “oubliées”. Selon lui, la 4G partout telle que présentée par le gouvernement est une médaille qui présente un sérieux revers :

“C’est une solution palliative parce que ce relais de téléphonie mobile en haut d’une montagne ne permettra pas une 4G illimitée. Donc on revient aux forfaits des années 90 avec un volume d’utilisation. Finalement, on va avoir un internet à deux vitesses où des gens vont avoir un internet rapide à la campagne mais qu’ils ne vont pas pouvoir utiliser longtemps et des gens à la ville avec un internet illimité sans condition de volume et à un coût qui sera inférieur” Cyril Gousse

 

L’association “Comminges Haut-Débit” a choisi de ne pas attendre le déploiement d’internet via les opérateurs classiques ou le Conseil départemental. Elle se propose de connecter les particuliers à internet haut débit et dessert déjà environ 1500 usagers.

 

Extrait de l’interview :

Lien vers l’article original