4GDepuis quelques mois, les opérateurs de téléphonie mobile communiquent sur leurs offre 4G en promettant du très haut débit pour tous. Cette technologie est-elle si performante que les opérateurs le prétendent ? Quelles en sont ses limites ?

Qu’est ce que la 4G ?

La 4G correspond à la 4ème génération de téléphonie mobile.
Cette technologie a été crée pour permettre d’accéder à internet plus rapidement depuis un téléphone mobile compatible ou depuis un ordinateur muni d’un adaptateur.

Les promesses de la 4G

En théorie, la 4G permet d’atteindre un débit de données compris entre 100 et 150 Mégabits par seconde en réception.
À titre de comparaison, la 3G permettait d’atteindre jusqu’à 42 Mégabits par seconde, et la 2G 0,4 Mégabit par seconde.
Sur le papier, la vitesse est extraordinaire !

Les résultats concrets

Débit entre votre téléphone et l’antenne relais

Lorsque plusieurs clients utilisent internet en même temps, sur une même antenne relais, le débit est partagé entre ces derniers.
Comme une antenne relais couvre le plus souvent plusieurs milliers de personnes, le débit maximum ne peut jamais être atteint.
De plus, la vitesse peut être largement inférieure en fonction de la force du signal ou du modèle de téléphone utilisé.

Entre le relais de téléphonie mobile et internet

Lorsque vous consultez du contenu sur votre téléphone, ce dernier est souvent stocké à l’autre bout du monde (à titre d’exemple, Google est aux États-Unis).
L’antenne relais est donc elle même reliée à internet via une ligne de type ADSL ou fibre optique.
La majorité des antennes relais sont historiquement raccordées à internet avec des débits plutôt faibles et peu d’opérateurs font en sorte que les choses changent, surtout en campagne, car les investissements sont très importants et peu rentables.

Les limites contractuelles

Les opérateurs ont mis en place une limitation contractuelle appelée « fair-use ».
Ainsi, le débit de votre accès internet est limité à celui de la 2G (0,4 Mégas) une fois un quota d’utilisation atteint.
Il est le plus souvent exprimé en Gigaoctets par mois (actuellement, la limite est fixée entre 1 et 20 Go/mois en fonction des opérateurs).
En d’autres termes, si vous utilisez le débit maximum de la 4G (150 Mégas/s) pendant 19 minutes, votre connexion sera limitée à 0,4 Mégas jusqu’à la fin du mois.

En résumé

Lors du passage à la 4G, la majorité des opérateurs ont simplement appuyé sur un bouton pour mettre à jour le logiciel interne de leurs antennes relais.
Le logo « 4G » s’est bien affiché sur votre téléphone, le débit entre l’antenne et votre appareil a augmenté, mais peu de relais sont réellement alimentés avec un débit internet suffisant pour répondre à la demande, surtout en campagne.
De plus, les contrats des opérateurs limitent l’utilisation de la connexion internet : si votre accès internet est trop sollicité votre débit sera automatiquement bridé jusqu’à la fin du mois.

En résumé, la 4G est principalement une offre marketing qui permet aux opérateurs de vendre de nouveaux forfaits, des options payantes et des téléphones mobiles de dernière génération.
Le gain n’est visible que dans les grandes villes et l’utilisation de la connexion est limitée par des quotas qui sont plutôt faibles.

Pendant ce temps, la 5G est déjà en cours d’expérimentation et sera mise en service dans quelques années. Le débit théorique annoncé est de 50 000 Mégabits par seconde, mais quel sera le débit réel ?

6 commentaires

  1. Pascal Reply

    Très bon article.
    Enfin la vérité sur la commercialisation des offres des opérateurs mobiles Français. Je vais être méchant, mais avant de vouloir lancé la 4G ou la 75G ( 😉 ), il faudrait déjà avoir de la 3G (ou même EDGE) correcte (stable) dans toute la France.
    Au niveau des SDAN/SDTAN (schéma départemental d’accès au numérique), les vendeurs de projet (souvent relié directement et ceux de manières officieuses, au responsable de l’opérateur historique de la localité du SDAN) expliquent que si les communes adhèrent, cela permettra également d’améliorer les réseaux téléphoniques…. et OUI, cela évite, au FAM (fournisseur d’accès mobile) de payer eux-même ce type de raccordement. En gros, le SDAN/SDTAN est une façon détourné de demander à l’ETAT (Europe, région, département, communauté de commune et ville), la mise en place de raccordement (NRA, câble, fibre) afin d’offrir cette infrastructure (à la base pour les professionnels et particuliers nécessitant un accès Internet supérieur à leur besoin) à des sociétés privées grâce à la collecte des impôts.

  2. Pascal Reply

    Je suis loin d’être contre les SDAN/STDAN, mais faut avoué que, même si ce sont aux collectivités de palier à un manque de service (ex: installation de wimax par les communes….), cela devrait être 100% remboursé, même progressivement mais intégralement par l’opérateur historique ou opérateur gagnant l’appel d’offre. Le réseau mis en place par ces SDAN/STAN, est mis à disposition, pas loué.
    Comme je disais à un ami qui me rejoint sur l’idée, tant qu’à faire un SDAN/SDTAN (qui sera utilisé pour l’internet perso/pro comme pour les antennes relais):
    1- le loué et non le mettre à disposition pour l’euro symbolique
    2- ne pas privilégier une seule société (souvent voire uniquement l’historique), et même regarder du coté local pour créer un FAI local (voire associatif….)

    Dans tous les cas, que ce soit pour l’internet ou pour le mobile, les communes ne devraient pas devoir investir! C’est mon avis!

  3. Grand_loup Reply

    « Lors du passage à la 4G, la majorité des opérateurs ont simplement appuyé sur un bouton pour mettre à jour le logiciel interne de leurs antennes relais. »
    C’est dommage d’arriver à ce niveau de désinformation pour défendre un projet louable. Peut-on faire la part des choses? Accuser les opérateurs de délaisser les zones blanches dans un but mercantile, oui, mais dire que la 4G est un pur concept marketing… c’est malheureux, surtout venant de quelqu’un qui connait le fonctionnement du système.

    • cyril Reply

      Bonjour,

      De la désinformation pour défendre un projet ?
      L’article ne met en avant aucun projet.

      J’explique notamment que la 4G est utilisée comme concept marketing par les grands opérateurs.
      A quel moment ais-je indiqué que la 4G était un pur concept marketing ?
      La mauvaise utilisation d’une technologie induit forcément que cette dernière est une mauvaise technologie ?

      Bonne journée
      Cyril Gousse

  4. Matthieu Reply

    En même temps, il y a un fond de vérité… la « 4G » n’a de 4G que son nom… là où le débit maximal théorique de la 3G SERAIT de 42mega, je ne peux que constater que ma 4G de Bouygues n’est qu’à 30mega… et après recherche, c’est pourtant au-delà de la moyenne nationale constatée (environ 25mega chez Bouygues, c’est pire chez les autres).

    Donc oui, dire 100/150 mega max théorique, c’est une belle promesse purement marketing.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *